En Polynésie, les voyageurs peuvent se tester eux-mêmes à la Covid-19

coronavirus

Il s’agit pour l’instant d‘une expérimentation mais il pourrait bien que cette pratique se répande : à l'aéroport de Tahiti-Faaa, plusieurs voyageurs ont pu se tester eux-mêmes pour détecter s’ils étaient contaminés par le coronavirus. 

Des tests auto-administrés pour éviter la propagation du virus

On relève en Polynésie française environ 1 200 cas de Covid-19 et 2 décès depuis le 15 juillet, date de la réouverture des vols internationaux. La crainte d’une expansion de l'épidémie dans les îles polynésiennes isolées et dépourvues d'hôpital est donc bien présente ici où les comorbidités telles que le diabète, l'obésité et l'insuffisance respiratoire sont fréquentes. Ce qui inquiète le plus serait la submersion, le dépassement des capacités de santé alors que  le centre hospitalier du Taaone, à Tahiti, dispose de seulement 60 lits de réanimation. 

Des tests auto-administrés pour répondre au manque de personnel soignant

L’enveloppe donnée aux voyageurs arrivant sur le sol de Polynésie contient 2 tests auto-administrés : 1 à réaliser par le nez et 1 par la salive (dans la gorge). Ces tests prennent moins d’1 minute à faire, sont emballés dans l’enveloppe et envoyés pour examen. Il s’agit d’une réponse au terrible manque de soignants dans la région et qui prouve son efficacité puisque plus de 20 000 tests ont ainsi été effectués. (On n’aurait à déplorer qu’une vingtaine de résultats positifs.)

Si ces tests auto-administrés semblent apporter une vraie solution en Polynésie, il semble quand même que l’on se dirige vers une modification du processus avec l’instauration d’une autre procédure consistant à limiter l’enveloppe à 1 seul test : au fond de la gorge et sous la surveillance d’un professionnel de santé.